Les éléments du petit patrimoine liés à l'eau, lavoirs et bassins, fontaines, pompes et puits, abreuvoirs, ponts et passerelles, sont encores nombreux sur notre territoire.

La commune de Périgneux est traversée par deux rivières principales, le Bonson et l'Ecolèze. Elle possède également des ruisseaux (Bonsonnet) et des sources dans les villages et hameaux, mais aussi dans des lieus plus reculés.

L'approvisionnement en eau -avant l'installation de l'eau courante dans les maisons- était un enjeu vital.

Aussi, l'eau très précieuse devait être facilement accessible à tous : elle alimentait la population mais aussi les gens de passage (voyageurs, pèlerins, colporteurs) et bien sûr le bétail.




1. Les fontaines, pompes et puits.

Le patrimoine lié à l'eau.

Les fontaines sont très peu présentes sur notre commune mais de nombreux puits et pompes ponctuent encore aujourd'hui le paysage pérignois.
Éléments indispensables à la vie quotidienne, les puits ont été implantés au plus près des habitations, dans la cour de la simple ferme (beaucoup d'exemples) comme dans celle des maisons plus cossues (Prest). Ils sont constitués d'une margelle formant le rebord du puits et le prolongement de ses parois avec treuil ou poulie. La nappe phréatique est généralement peu profonde.
Les puits sont ronds ou carrés, quelquefois surmontés d'une croix (ex. puits privé de M. Montagne à la Gare) et/ou bâtis. En effet, l'eau, particulièrement précieuse, devait être protégée des déjections de volatiles et autres souillures.  


Deux types se distinguent donc : les puits dits " ouverts " (simplement recouverts d'une plaque de protection (ex. puits privé à Miribel) et les puits " bâtis " c'est-à-dire recouverts grâce à un appareillage de pierres et fermés par une porte de bois ou de métal (ce sont les plus courants).
Durant le XIXème siècle, les pompes en fonte ont remplacé le mécanisme de remontée d'eau des puits.
Ces pompes sont encore largement répandues sur notre territoire (Saléard, Chenereilles, Nus …) bien que beaucoup soient en piteux état.  



Puits ouvert à Miribel (privé)

Puits bâti à Gracombe

Puits à pompe dit "Puits Gauthier" au Bourg

2. Les lavoirs et bassins.

Les bassins (aussi appelés bachas) sont nombreux sur Périgneux. Ils étaient affectés à plusieurs usages :

En effet, les lavoirs sont également présents. Ils ont été construits en grand nombre au cours du XIXème siècle car ils reflètent la prise de conscience de l'importance de la propreté et le témoignage d'une politique en faveur de l'hygiène lancée par l'Etat à cette époque.

Ils offrent un panel d'exemples allant d'une construction très simple à un bâti plus sophistiqué. Aussi, on les trouve de leur forme la plus basique -c'est-à-dire un simple trou d'eau aménagé d'une pierre à laver (pierre plate généralement en granite pour battre le linge) comme à Broc par exemple, en passant par des lavoirs collectifs au village tels que Miribel et le lavoir du Pêcher au bourg, présentant quelquefois plusieurs pierres à laver permettant un lavage en vis-à-vis plus convivial, pour terminer avec des lavoirs avec bassins de lavage et rinçage dallés pour en faciliter le nettoyage et abrité d'un toit (lavoir de la Conche au Bourg).


Lavoir privé à Broc

Lavoir du Pêcher, route de Chambles

Lavoir de La Conche

3. Les abreuvoirs.

Les abreuvoirs, héritage de notre passé agricole, sont encore très présents sur notre commune. Ils sont fréquemment accolés à un puits et offrent aux bêtes l'eau indispensable. Il existe plusieurs types d'abreuvoirs. Certains récupèrent simplement l'eau de pluie (vasque en pierre généralement, située le plus souvent dans les cours de ferme comme à Dicles ou à Chazelles), d'autres récupèrent l'eau d'une source ou d'un ruisseau par un système de captage comme le puits St-Jean situé dans le bourg.
Les abreuvoirs traditionnels sont essentiellement en bois ou en pierre (vestiges les plus courants du fait de leur solidité et de la résistance à l'eau). Certains ont fait l'objet d'un réemploi comme c'est le cas à la Sauzée, l'abreuvoir étant issu d'un ancien sarcophage.

Les abreuvoirs peuvent être précédés d'un hérisson de pierres posées sur chant pour éviter aux animaux de glisser sur la boue les jours de pluie mais ce sol peut aussi être pavé. Dans ce cas, il présente une pente suffisante pour l'écoulement des eaux, pente assez faible toutefois pour permettre l'accès, l'hiver, au moment des gelées.


Un abreuvoir simple à Chazelles (privé)

Abreuvoir communal dit "Puits Saint Jean"

Abreuvoir simple à Biaud (privé)

4. Les ponts et passerelles.

Nombreux sont les cours d'eau sur notre commune : rivières ou simples ruisseaux, ceux-ci doivent pouvoir être franchis sans difficulté. Ainsi s'explique la multiplicité de ponts et de passerelles qui peuvent être observés.
Ponts et passerelles enjambent les cours d'eau comme autant de liens tissés entre les paysages, comme autant de liens tissés aussi entre les hommes. Les ponts et les passerelles présentent d'abord un intérêt architectural indéniable ; ce sont des constructions, des créations humaines qui, par leur diversité -ou leur similitude parfois- s'avèrent caractéristiques. Ces édifices peuvent être distingués les uns des autres par la forme qu'ils adoptent et les matériaux utilisés dans leur construction.
Les ponts permettaient de traverser à pied sec et de faire passer les chars et véhicules de marchandises et aujourd'hui, restent indispensables pour lier les différentes voies de communication (pont des Sagnes et de Miribel sur l'Ecolèze ou pont sur le Bonson, route de St-Bonnet).
Les passerelles offraient, pour le bétail et les personnes, la possibilité de pouvoir passer les ruisseaux - à proximité des habitations- sans pour autant être un ouvrage trop onéreux. Elles sont souvent privées aujourd'hui.
Elles se composent d'une traverse le plus souvent bétonnée, d'une largeur d'environ 1 mètre. Le passage est sécurisé par une rambarde le plus souvent en fer (ex. passerelles du Foin et de Conord).


Passerelle sur le Bonson à Fétilleux

Pont sur le Bonsonnet

Pont sur le Bonson

Textes : Sophie Reymondon
Photographies : Sophie Reymondon - Yves-Marie Béghin - Jean-Michel Dupuy - Elie Meynard


#eau Le patrimoine de Périgneux